Est-ce que l’approche de Pastef vis-à-vis de l’amnistie pose la question de savoir si Sonko et ses collègues sont perçus comme des politiciens ordinaires ?

Senewebs.com

Personne n’aurait pu prévoir cela, du moins jusqu’à hier. Durant l’examen en commission technique du projet de loi d’amnistie, les députés de l’ancien Pastef ont adopté une posture qui ne leur était pas familière, suscitant ainsi de vives interrogations dans l’opinion publique.

Macky Sall est en train de jouer ses dernières cartes politiques avant de quitter le pouvoir le 2 avril prochain, comme il l’a annoncé et réaffirmé il y a quelques jours. Après avoir misé sur le Parti démocratique sénégalais (Pds) avec lequel il a réussi à obtenir le report de l’élection présidentielle initialement prévue pour le 25 février dernier, il est revenu à la charge. Cette fois-ci, il s’est tourné vers l’ancien Pastef d’Ousmane Sonko, son principal opposant. Mais qu’est-ce qui s’est réellement passé ? L’examen du projet de loi d’amnistie (février 2021-février 2024), qu’il a lui-même lancé dans le but de favoriser l’apaisement de l’espace public, a commencé à avoir des répercussions politiques, même si le texte est vivement critiqué par une bonne partie de l’opposition, du pouvoir et des membres de la société civile.

Lors de la réunion de la Commission des Lois ce mardi matin, les quatre députés de Pastef, parmi lesquels Birame Souleye Diop, ont tous choisi de s’abstenir, une décision qui a surpris bon nombre d’observateurs politiques au Sénégal.

Seuls les députés du Parti de l’unité et du rassemblement (Pur), ainsi qu’un membre de Taxawu Sénégal, ont rejeté le projet.

Quant aux deux députés du Parti démocratique sénégalais (Pds) présents dans la commission, l’un aurait voté en faveur du projet tandis que l’autre aurait également choisi de s’abstenir.

Birahim Seck du Forum civil a réagi à l’article de Seneweb annonçant l’adoption du projet de loi d’amnistie en déclarant : « À l’ex-Pastef, votre ambiguïté sur le projet de loi d’amnistie ne vous différencie pas des politiciens habituels. Nous verrons lors de la plénière. »

Du côté de Taxawu Sénégal, on se moque déjà des anciens alliés de Yewwi Askan wi. Un élu et membre de la coalition « Khalifa Président » a déclaré : « Ils clamaient sur tous les toits qu’ils étaient meilleurs que tous les autres hommes politiques, aujourd’hui, l’histoire a montré que c’était faux. Les gens du Pastef sont des politiciens qui ont des intérêts qui ne sont pas nécessairement ceux de la Nation. »

Un analyste politique, préférant attendre la plénière pour se prononcer, a déclaré avec prudence : « Nous sommes en politique et, en politique, rien n’est impossible. Les intérêts ne sont pas toujours alignés, les positions non plus. »

À ce jour, aucun démenti formel n’a été fourni concernant les rumeurs entourant un supposé dialogue entre Macky Sall et Ousmane Sonko.

Malgré l’abstention de Pastef, le texte a été adopté grâce à la bénédiction de la majorité présidentielle, en attendant la plénière prévue demain, mercredi.

Selon le texte, seront concernées par cette amnistie toutes les personnes accusées de crimes commis entre le 1er février 2021 et le 25 février 2024, arrêtées dans le cadre de manifestations ou pour des motivations politiques, qu’elles aient été jugées ou non. Aucune liste de noms n’est fournie. C’est une période qui est couverte par cette loi d’amnistie, mais Ousmane Sonko et Bassirou Diomaye Faye pourraient bien en bénéficier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *